Lavoisier Lavoisier Lavoisier Lavoisier

Résumé

Extrait

La Chandeleur, une fête populaire d’origine païenne liée à la lumière, coïncide avec le jour de la marmotte (groundhog day), fêté le 2 février. Cet évènement est célébré depuis 1887 en Amérique du Nord où, traditionnellement, à la fin de l’hiver, le comportement de la marmotte est surveillé, en particulier à Punxsutawney, en Pennsylvanie. Si la marmotte dénommée Punxsutawney Phil sort de son terrier et qu’elle ne voit pas son ombre parce que le ciel est couvert, c’est le signe que l’hiver achèvera bientôt. Par contre, si elle voit son ombre à cause de la clarté et de la luminosité du jour et que, effrayée, elle se réfugie de nouveau dans son gite, c’est une indication que l’hiver se prolongera encore pendant six semaines. C’est à cette date, le 2 février 1992, que j’ai reçu l’annonce de mon résultat positif au test de dépistage du VIH. Ce jour-là, la marmotte a vu son ombre… et moi, l’ombre du sida, ce qui nous a précipités dans nos abris respectifs, elle, pendant six semaines et moi, pour ce qui m’a semblé une éternité.

D’un ton très clinique, mon médecin traitant m’a suggéré de mettre de l’ordre dans mes affaires, et j’ai passé les cinq années suivantes à vivre dans l’isolement, hanté par la peur du rejet quand j’ai commencé à divulguer à la fois mon orientation sexuelle et mon diagnostic à ma famille et à mes amis. Je me suis confronté à un système médical qui me considérait uniquement comme un récepteur de soins, sans voix au chapitre. J’ai alors pris conscience que j’avais perdu ma capacité de prendre mes propres décisions quant à ma vie et à ma santé.

C’est après cette prise de conscience que j’ai entrepris mon combat pour me réapproprier mon droit à l’autodétermination. Je suis d’abord devenu membre bénévole du conseil d’administration de mon organisme local de services liés au sida. Cette fonction m’a donné l’occasion d’assister à une tribune pour les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), une tribune proposée par la Société canadienne du sida. Dans ce contexte, je me suis impliqué avec des personnes séropositives de partout au pays, pour constater qu’effectivement je pouvais avoir voix au chapitre ! Mon engagement sur la scène nationale s’est poursuivi au fil des ans. Je suis devenu membre du conseil d’administration de la Société canadienne du sida et en 2006, j’ai accepté un poste de conseiller aux programmes dans cet organisme. C’est ainsi que j’ai été initié au principe GIPA (Greater Involvement of People Living with HIV and AIDS), connu en français comme le Principe de la participation accrue des personnes vivant avec le VIH/sida (ONUSIDA, 2007). Cette découverte m’a permis d’accroitre mes compétences à transférer ces connaissances pour aider les personnes séropositives à jouer un rôle plus actif dans la réponse à l’épidémie du VIH/sida au Canada.

Caractéristiques

Editeur : Presses de l'Université du Québec

Auteur(s) : Joseph Josy Lévy, Joanne Otis, Mélina Bernier

Publication : 26 août 2015

Edition : 1ère édition

Intérieur : Noir & blanc

Support(s) : Contenu téléchargeable [PDF]

Contenu(s) : PDF

Protection(s) : DRM ACS4 (PDF)

Taille(s) : 1,1 ko (PDF)

Langue(s) : Français

Code(s) CLIL : 3168

EAN13 Contenu téléchargeable [PDF] : 9782760543256

EAN13 (papier) : 9782760543249

Ouvrages du même auteur