Parcourir…

Les Sites à connaître

Abonnez-vous au flux RSS des nouveautés Flux RSS

  • Ajouter à NetVibes
  • Ajouter à Yahoo
  • Ajouter à Windows Live

Pratique de la stimulation ovulatoire par les gonadotrophines

 

De Jean-Claude EMPERAIRE

 

Springer - mai 2013

    • eBook [PDF]

      65,00 €
    Formats disponibles →  Format PDF
     
     

    Avis des lecteurs  

     

    Présentation

    Comment apprend-on à stimuler l’ovulation ? Généralement « sur le tas », quand on n’a pas la chance de bénéficier d’un compagnonnage. Quel bilan, quelle indication, quelle Gonadotrophine, quel protocole, quelle dose de départ ? Une fois la stimulation débutée, savoir stimuler c’est savoir anticiper : combien d’unités, combien de temps, et que va-t-il se passer chez la patiente ?

    Il n’existe pas de conduite fondée sur les preuves dans le domaine de la stimulation ovulatoire. Face à une même situation, il existe – dans une certaine mesure – autant de manières de conduire la stimulation que de cliniciens ; au sein de la même équipe, les pratiques diffèrent toujours plus ou moins, malgré tous les efforts de consensus car les règles de base sont interprétées en fonction de la personnalité de chacun. D’où le recours nécessaire à une pratique fondée sur l’expérience.

    Le présent manuel s’appuie sur l’expérience de l’auteur, acquise au cours des quarante dernière années sur plus de trente mille cycles de stimulation classique et en FIV, et en particulier sur les mille derniers cycles ayant abouti à une grossesse clinique. Les conduites à tenir proposées ici ne se veulent pas exclusives, elles signifient simplement que, mené de cette manière, le cycle a permis un début de grossesse.

    Cet ouvrage intéressera l’ensemble des gynécologues et des cliniciens travaillant sur la reproduction humaine, aussi bien ceux qui sont en formation que ceux qui souhaitent compléter ou vérifier leurs connaissances. La simplicité et la clarté du propos le rendront accessible à d’autres acteurs dans des champs voisins (autres spécialités médicales, sciences humaines ou biologie).

    Sommaire

    Avant- propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

    Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

    1. Rappel historique : l’évolution des idées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

    Les gonadotrophines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

    La surveillance ou « monitorage » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

    2. Rappel physiologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

    Le couple antéhypophyse- follicule ovarien . . . . . . . . . . . . . . . . 23

    L’hormone folliculo- stimulante (FSH) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

    L’hormone lutéinisante (LH) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

    L’hormone chorionique gonadotrope

    (HCG, ou hCG : human Chorionic Gonadotropin) . . . . . . . . . 37

    3. Quelle gonadotrophine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

    La FSH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

    La LH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

    L’HCG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

    En pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

    4. Les préalables à la stimulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

    La recherche d’autres facteurs d’hypofertilité . . . . . . . . . . . . . . 49

    L’évaluation du statut de la patiente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

    L’évaluation du statut de l’ovaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

    5. La surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

    La surveillance hormonale (ou fonctionnelle) . . . . . . . . . . . . . . 57

    La surveillance échographique (ou morphologique) . . . . . . . . 58

    Monitorer après HCG ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

    6. Déclencher l’ovulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

    Le processus ovulatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

    Le déclenchement spontané de l’ovulation . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

    Le déclenchement thérapeutique de l’ovulation . . . . . . . . . . . . 66

    Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

    7. Soutenir la phase lutéale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

    Stimulation monofolliculaire à paucifolliculaire . . . . . . . . . . . . 78

    Stimulation multifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

    Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

    8. Prévenir les complications. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

    Les grossesses multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

    Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (HSO) . . . . . . . . . 87

    9. La stimulation ovulatoire classique :

    mono- , bi- ou paucifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

    L’objectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

    Les moyens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

    10. Stimuler la femme ovulatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

    La stimulation monofolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

    La stimulation bifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

    La stimulation paucifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

    11. Stimuler la femme anovulatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

    Caractériser l’anovulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

    Les anovulations hypogonadotropes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

    Les anovulations normogonadotropes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

    12. La stimulation multifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

    Évolution de la stimulation pour FIV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

    Pratique de la stimulation multifolliculaire . . . . . . . . . . . . . . . . 146

    Les mauvaises réponses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

    Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

    Supports disponibles

    • eBook [PDF]

      Pdf PDF (Pratique de la stimulation ovulatoire par les gonadotrophines), 173 pages
      A télécharger après achat
    • Caractéristiques

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :